مريم

Sourate MARYAM / MARIE en français | Sourate 19

MARYAM · 98 versets

Salam'aleykoum,
Le-Coran.com lance son appel aux dons annuel pour le parrainage de 16 enfants défavorisés de la région d'Azrou (Ait Melloul, Agadir au Maroc) de leur première année de collège jusqu'à l'obtention de leur baccalauréat
(Fournitures Scolaires - Soutient Scolaire - Vêtements/Chaussures - Abonnement à un club de sport)

En savoir plus         Donner maintenant

Nous sommes des centaines de milliers à visiter Le-Coran.com, si seulement une partie d’entre nous participe, nous pourrons finaliser cette collecte rapidement incha'Allah!

Description de la sourate MARYAM / MARIE

La sourate Maryam (Marie), 19ème chapitre du Saint Coran dont le nom est tiré du verset 16, est composée de 98 versets évoquant de manière succincte  les récits de prophètes illustres, et parmi eux, l’histoire de Maryam, mère de ‘Issa (Jésus).

Circonstances de la révélation de la sourate Maryam

Cette sourate a été révélée à la Mecque, sauf les versets 58 et 71 qui sont médinois. L’évidence de son origine mecquoise est que les premiers musulmans à avoir fui la Mecque, cinq ans après le début de la mission prophétique, pour aller émigrer en Abyssinie récitèrent au roi Négus le passage de cette sourate évoquant Maryam et un autre extrait citant le serviteur d’Allah ‘Issa (Jésus), paix sur eux. Quarante versets, qui avaient été révélés au prophète Mohamed paix et salut sur lui, avant leur exil. On peut dire qu’ils avaient été offerts par Allah comme pour préparer leur séjour en terre chrétienne, leur offrir la réponse aux objections des détracteurs de l’Islam venus ruser pour les contraindre à retourner vers de terribles persécutions.

En effet, lorsqu’un groupe de Qoraïshites furent envoyés par ordre du conseil des notables mecquois pour aller récupérer les musulmans en exil chez ce roi chrétien, connu pour sa bonté et son amour pour la justice, ils distribuèrent des cadeaux à la cour et essayèrent tout d’abord de convaincre les partisans de la cour de les aider auprès de leur roi afin qu’il leur rende les réfugiés.

Le noble compagnon Jaafar, qu’Allah soit satisfait de lui, prit la parole pour réciter ces passages de la sourate Maryam en réponse aux questions du roi. Les premiers historiens de l’islam relate d’après le récit de notre mère Oum Salama, qu’Allah soit satisfait d’elle, que le roi Négus aurait pleuré à l’écoute de ces passages et prit une paille par terre pour dire : « Par Dieu, la différence entre vous et nous n’est pas plus grande que cette paille », ou encore, « Cette révélation provient assurément de la même source que le message de Jésus. Par Dieu, je ne vous laisserai jamais aux mains de votre peuple ».

C’est dans ce contexte là que cette sourate Maryam nous fait l’éloge de plusieurs générations de prophètes ayant succédé les uns aux autres.

L’histoire de Zacharia, paix sur lui

Dès le début de la sourate Maryam, Zacharia est cité comme étant le prophète d’Allah mais aussi le tuteur de Maryam, fille du prophète ‘Imran, paix sur lui. Du verset 1 au verset 11, c’est la prière secrète ( khafiyah) de ce noble prophète qui est décrite lorsque celui-ci invoquait avec ferveur et humilité pour avoir un fils, un héritier qui lui succèderait au temple. Le Coran nous révèle qu’un ange vint lui faire une belle annonce, celle d’un fils nommé Yahya (Jean Baptiste).

Contrairement à Ibrahim (Abraham), l’étonnement de Zacharia à cette annonce était dû à la stérilité de son épouse, et non pas seulement dû à sa vieillesse. En effet, Ibrahim avait déjà eu un fils (Ismaïl) treize années plus tôt, avant de recevoir l’annonce concernant son fils Ishaq (Isaac).

L’annonce de Yahya, paix sur lui

Allah nous informe de la particularité de Yahya qui réunissait de très nombreuses vertus. Il était doux, compatissant, avait la sagesse alors qu’il était enfant comme cité dans le verset 12. La pureté, la piété, la tendresse et la dévotion envers ses parents étaient ses qualités. Et il était ni violent ni désobéissant. Allah lui enjoint de tenir fermement à la Thorah en ces termes :

«  Ô Yahya (Jean Baptiste), tiens fermement au Livre (la Thora) ! » Verset 12

L’accouchement de Maryam et l’épreuve de son peuple

Le Coran nous révèle dans la sourate ‘Imran que Maryam était la fille de ‘Imran, prophète issu du peuple de Bani Isra’il et descendant de Dawoud (David), paix sur lui. Ici, en explication de cette sourate Maryam, les exégèses nous enseignent qu’elle avait aussi une sœur qui était l’épouse de Zacharia, paix sur lui.  

De son accouchement, Allah nous révèle qu’elle reçut la visite de l’ange Djibril, L’Esprit, sous la forme d’un homme parfait alors qu’elle se trouvait au sanctuaire. Il lui annonça la bonne nouvelle de la part d’Allah, d’un fils pieux nommé ‘Issa, qui est toujours cité dans le Coran avec le nom de sa mère mentionné à la suite.

Les exégèses nous rapportent que L’Esprit, Djibril (Gabriel) souffla dans l’encolure de sa robe afin de lui insuffler de Son Esprit. La discussion qu’ils eurent elle et lui est relatée par les versets 18 à 21.

Craignant les reproches de son peuple, Maryam prit la décision de s’éloigner. Elle mit au monde ‘Issa seule. Allah lui apporta Son soutien en lui fournissant de l’eau et des dattes fraîches lorsqu’Il lui demanda de secouer vers elle le palmier.

Elle dut subir l’épreuve de la réaction de son peuple à son retour et à cela Allah l’a prépare, encore une fois, en lui demandant de Lui vouer un jeûne lorsqu’elle retournera vers eux. Le jeûne implique un silence auquel elle se plie et Allah, là encore, lui dit de sommer les gens à parler avec son saint fils au lieu de s’adresser à elle s’ils ont quelque chose à lui dire.

Le discours de ‘Issa paix sur lui, face au peuple des Bani Isra’il

Il est l’un des cinq prophètes éminents et résolus (Ulu al’Azm) : Adam, Nuh, Ibrahim, Moussa, ‘Issa, Mohamed, paix et salut sur eux.

‘Issa, paix sur lui, s’adressa au peuple des Bani Isra’il lorsque ceux-ci remirent en question la chasteté et la pureté de Maryam, paix sur elle. Comme indiqué par Son Seigneur, elle pointa son noble fils encore nourrisson qui s’adressa à eux pour leur annoncer qu’il était désigné prophète par Allah, qu’il était un serviteur d’Allah, qu’Il lui avait enjoint de prier, de donner la Zakat (l’aumône légale), et d’être bon envers sa mère.

Du verset 30 à 33, tel est le discours de ‘Issa relaté par notre Seigneur qui nous informe que ‘Issa n’était qu’un serviteur d’Allah et par sa bouche, Il, Gloire à Lui, déclare qu’Il ne peut avoir d’enfant contrairement aux énormités que les gens disent. ‘Issa, paix sur lui, exalte le Nom d’Allah en premier et informe, en second, le peuple qu’Il lui a ordonné d’être bon envers sa mère.

Puis il, paix sur lui, leur enseigne la Voie Droite, le fait de n’adorer qu’Allah sans rien Lui associer.

Ibrahim, l’ami intime d’Allah

 Après l’avertissement du Jour du Regret, où les injustes qui se sont divisés en factions après les enseignements de ‘Issa, paix sur lui, se retrouveront, une autre histoire nous apporte son lot de sagesses. C’est celle du prophète Ibrahim (Abraham), paix sur lui.

Il, Gloire à Lui, évoque le discours d’Ibrahim à son père, lorsque celui-ci l’enjoignait à n’adorer qu’Allah et à abandonner l’idolâtrie. Il enjoignait son père de la plus belle des manières à ne pas suivre les pas du diable mais son père lui demanda de s’éloigner de lui. Pour autant, il ne cessa d’invoquer Allah pour lui, jusqu’à ce qu’Allah lui fasse comprendre qu’il était Son ennemi. Et Il lui fit la bonne annonce de son fils Ishaq et Yacoub après lui.

Moussa, l’interlocuteur d’Allah

S’en suit l’histoire de Moussa qui fut appelé par Allah à aller au mont (Sinaï), le buisson ardent. Les exégèses nous relatent qu’il fut élevé au ciel si proche de son Seigneur qu’il pouvait entendre le crissement de la Plume divine écrivant la Thorah. Allah nous dit qu’il était un élu, un Messager, et un prophète. Son frère Haroun est quant à lui appelé à être un don d’Allah de part Sa Miséricorde, un prophète pour l’épauler dans sa mission auprès de Pharaon.

L’éloge d’Ismaïl par Allah

A travers la description d’Ismaïl, dont Allah fait l’éloge comme étant fidèle à ses promesses, comme l’indique le verset 54, Allah évoque l’importance de l’engagement. Si la qualité d’honorer ses promesses est ainsi louable et louée par Allah alors il faut en comprendre que l’inverse est donc blâmable. 

Allah nous dit qu’il était un prophète et un Messager, et il commandait à sa famille la prière et la Zakat, l’aumône légale.

Les caractéristiques des prophètes cités dans cette sourate

Du verset 1 au verset 57, Allah mentionne successivement des histoires de prophètes ainsi que celle de la mère du prophète ‘Issa, tout en terminant par l’évocation du prophète Idriss (probablement Enoch).

Dans le verset suivant, 58, Allah, Glorifié soit-Il, mentionne que tous ces prophètes, et la descendance d’Adam, de Nuh et ceux qui étaient transportés avec lui ainsi qu’Ibrahim et tous ceux qu’Il a choisis, avaient une chose de particulière :

« … Quand les versets du Tout Miséricordieux leur étaient récités, ils tombaient prosternés en pleurant…. »

La particularité de ceux qui vinrent après les prophètes

La corrélation qui existe entre l’arrêt de la prière et la poursuite des désirs d’ici bas est mise ici en évidence dans le verset 59. Allah nous dit que ce groupe de personnes qui suivent leurs passions après avoir arrêté leur prière seront en perdition, qu’Allah nous en préserve.

 Ceux qui nient le jour de la Résurrection et l’interdiction du polythéisme

Du verset 66 à 75, Allah nous fait nous interroger sur ceux qui renient la Résurrection et l’Invisible. Pour cela, Il évoque le fait que l’être humain n’était pourtant rien avant sa création. Comment la Résurrection serait quelque chose de difficile pour Lui, glorifié soit-Il ?

Allah répond à l’aplomb que les injustes ont à s’enorgueillir lorsque les versets d’Allah leur sont récités. Puis Il décrit que l’enfer est leur destination avec la description de ceux qui devront y rester.

Ensuite Allah évoque les associateurs et leur sort. Ils sont ceux qui prennent des divinités pour se protéger et ceux qui attribuent un enfant à Allah, Pureté à Lui.

Allah nous informe que ces divinités les renieront le Jour de la Résurrection et ils viendront seuls devant Allah.

Une magnifique conclusion de la part du Miséricordieux

Allah promet Son Amour à ceux qui, au contraire, croient en Lui sans rien Lui associer, et qui font de bonnes œuvres. Et quelle preuve de Son Amour que le Coran qui est décrit dans le verset qui suit, le verset 97, qu’Allah décrit comme ayant été rendu facile à comprendre pour être une bonne annonce et un avertisseur.

Puisse Allah nous aider à le comprendre et l’appliquer.

Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher de nombreuses fonctionnalités avancées autour de chaque verset en double-cliquant sur ceux-ci.

Au nom d'Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

1 Kaf, Ha, Ya, 'Ayn, Sad.

2 C'est un récit de la miséricorde de ton Seigneur envers Son serviteur Zakariyya (Zacharie).

3 Lorsqu'il invoqua son Seigneur d'une invocation secrète,

4 et dit: « Ô mon Seigneur, mes os sont affaiblis et ma tête s'est enflammée de cheveux blancs. [Cependant], je n'ai jamais été malheureux [déçu] en te priant, Ô mon Seigneur.

5 Je crains [le comportement] de mes héritiers, après moi. Et ma propre femme est stérile. Accorde-moi, de Ta part, un descendant

6 qui hérite de moi et hérite de la famille de Ya'qub (Jacob). Et fais qu'il te soit agréable, Ô mon Seigneur. »

7 « Ô Zakariyya (Zacharie), Nous t'annonçons la bonne nouvelle d'un fils. Son nom sera Yahya (Jean Baptiste). Nous ne lui avons pas donné auparavant d'homonyme. »

8 Et [Zakariyya (Zacharie) dit]: « Ô mon Seigneur, comment aurai-je un fils, quand ma femme est stérile et que je suis très avancé en vieillesse ? »

9 [Allah] lui dit: « Ainsi sera-t-il ! Ton Seigneur a dit: « Ceci m'est facile. Et avant cela, Je t'ai créé alors que tu n'étais rien. »

10 « Ô mon Seigneur, dit [Zakariyya (Zacharie)], accorde-moi un signe. » -« Ton signe, dit [Allah,] sera que tu ne pourras pas parler aux gens pendant trois nuits tout en étant bien portant.

11 Il sortit donc du sanctuaire vers son peuple; puis il leur fit signe de prier matin et soir.

12 ...: « Ô Yahya (Jean Baptiste), tiens fermement au Livre (la Thora) ! » Nous lui donnâmes la sagesse alors qu'il était enfant,

13 ainsi que la tendresse de Notre part et la pureté. Il était pieux,

14 et dévoué envers ses père et mère; et ne fut ni violent ni désobéissant.

15 Que la paix soit sur lui le jour où il naquit, le jour où il mourra, et le jour où il sera ressuscité vivant !

16 Mentionne, dans le Livre (le Coran), Maryam (Marie), quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l'Orient.

17 Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Jibril [Gabriel]), qui se présenta à elle sous la forme d'un homme parfait.

18 Elle dit: « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m'approche point]. »

19 Il dit: « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d'un fils pur. »

20 Elle dit: « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m'a touchée, et que je ne suis pas prostituée ? »

21 Il dit: « Ainsi sera-t-il ! Cela M'est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C'est une affaire déjà décidée. »

22 Elle devint donc enceinte [de l'enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné.

23 Puis les douleurs de l'enfantement l'amenèrent au tronc du palmier, et elle dit: « Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée ! »

24 Alors, il l'appela d'au-dessous d'elle, [lui disant: ]: « Ne t'afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source.

25 Secoue vers toi le tronc du palmier: il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres.

26 Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse ! Si tu vois quelqu'un d'entre les humains, dis [lui: ]: « Assurément, j'ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux: je ne parlerai donc aujourd'hui à aucun être humain. »

27 Puis elle vint auprès des siens en le portant [le bébé]. Ils dirent: « Ô Maryam (Marie), tu as fait une chose monstrueuse !

28 « Sœur de Hârûn, ton père n'était pas un homme de mal et ta mère n'était pas une prostituée. »

29 Elle fit alors un signe vers lui [le bébé]. Ils dirent: « Comment parlerions-nous à un bébé au berceau ? »

30 Mais (le bébé) dit: « Je suis vraiment le serviteur d'Allah. Il m'a donné le Livre et m'a désigné Prophète.

31 Où que je sois, Il m'a rendu béni; et Il m'a recommandé, tant que je vivrai, la prière et la Zakat ;

32 et la bonté envers ma mère. Il ne m'a fait ni violent ni malheureux.

33 Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant. »

34 Tel est 'Isa (Jésus), fils de Maryam (Marie): parole de vérité, dont ils doutent.

35 Il ne convient pas à Allah de S'attribuer un fils. Gloire et Pureté à Lui ! Quand Il décide d'une chose, Il dit seulement: « Sois ! » et elle est.

36 Certes, Allah est mon Seigneur tout comme votre Seigneur. Adorez-le donc. Voilà un droit chemin. »

37 [Par la suite,] les sectes divergèrent entre elles. Alors, malheur aux mécréants lors de la vue d'un jour terrible !

38 Comme ils entendront et verront bien le jour où ils viendront à Nous ! Mais aujourd'hui, les injustes sont dans un égarement évident.

39 Et avertis-les du jour du Regret, quand tout sera réglé; alors qu'ils sont [dans ce monde] inattentifs et qu'ils ne croient pas.

40 C'est Nous, en vérité, qui hériterons la terre et tout ce qui s'y trouve, et c'est à Nous qu'ils seront ramenés.

41 Et mentionne dans le Livre, Ibrahim (Abraham). C'était un très véridique et un Prophète.

42 Lorsqu'il dit à son père: « Ô mon père, pourquoi adores-tu ce qui n'entend ni ne voit, et ne te profite en rien ?

43 Ô mon père, il m'est venu de la science ce que tu n'as pas reçu; suis-moi, donc, je te guiderai sur une voie droite.

44 Ô mon père, n'adore pas le Diable, car le Diable désobéit au Tout Miséricordieux.

45 Ô mon père, je crains qu'un châtiment venant du Tout Miséricordieux ne te touche et que tu ne deviennes un allié du Diable. »

46 Il dit: « Ô Ibrahim (Abraham), aurais-tu du dédain pour mes divinités ? Si tu ne cesses pas, certes je te lapiderai, éloigne-toi de moi pour bien longtemps. »

47 « Paix sur toi », dit Ibrahim (Abraham).: « J'implorerai mon Seigneur de te pardonner car Il m'a toujours comblé de Ses bienfaits.

48 Je me sépare de vous, ainsi que de ce que vous invoquez, en dehors d'Allah, et j'invoquerai mon Seigneur. J'espère ne pas être malheureux dans mon appel à mon Seigneur. »

49 Puis, lorsqu'il se fut séparé d'eux et de ce qu'ils adoraient en dehors d'Allah, Nous lui fîmes don d'Ishaq (Isaac) et de Ya'qub (Jacob); et de chacun Nous fîmes un prophète.

50 Et Nous leur donnâmes de par Notre miséricorde, et Nous leur accordâmes un langage sublime de vérité.

51 Et mentionne dans le Livre Musa (Moïse). C'était vraiment un élu, et c'était un Messager et un prophète.

52 Du côté droit du Mont (Sinaï) Nous l'appelâmes et Nous le fîmes approcher tel un confident.

53 Et par Notre miséricorde, Nous lui donnâmes Harun (Aaron) son frère comme prophète.

54 Et mentionne Isma'il (Ismaël), dans le Livre. Il était fidèle à ses promesses; et c'était un Messager et un prophète.

55 Et il commandait à sa famille la prière et la Zakat; et il était agréé auprès de son Seigneur.

56 Et mentionne Idris, dans le Livre. C'était un véridique et un prophète.

57 Et Nous l'élevâmes à un haut rang.

58 Voilà ceux qu'Allah a comblés de faveurs, parmi les prophètes, parmi les descendants d'Adam, et aussi parmi ceux que Nous avons transportés en compagnie de Nuh (Noé), et parmi la descendance d'Ibrahim (Abraham) et d'Israʾil (Israël), et parmi ceux que Nous avons guidés et choisis. Quand les versets du Tout Miséricordieux leur étaient récités, ils tombaient prosternés en pleurant.

59 Puis leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils se trouveront en perdition,

60 sauf celui qui se repent, croit et fait le bien: ceux-là entreront dans le Paradis et ne seront point lésés,

61 aux jardins du séjour (éternel) que le Tout Miséricordieux a promis à Ses serviteurs, [qui ont cru] au mystère. Car Sa promesse arrivera sans nul doute.

62 On n'y entend nulle parole insignifiante; seulement: « Salâm » ; et ils auront là leur nourriture, matin et soir.

63 Voilà le Paradis dont Nous ferons hériter ceux de Nos serviteurs qui auront été pieux.

64 « Nous ne descendons que sur ordre de ton Seigneur. A Lui tout ce qui est devant nous, tout ce qui est derrière nous et tout ce qui est entre les deux. Ton Seigneur n'oublie rien.

65 Il est le Seigneur des cieux et de la terre et de tout ce qui est entre eux. Adore-Le donc, et sois constant dans Son adoration. Lui connais-tu un homonyme ? »

66 Et l'homme dit: « Une fois mort, me sortira-t-on vivant ? »

67 L'homme ne se rappelle-t-il pas qu'avant cela, c'est Nous qui l'avons créé, alors qu'il n'était rien ?

68 Par ton Seigneur ! Assurément, Nous les rassemblerons, eux et les diables. Puis, Nous les placerons autour de l'Enfer, agenouillés.

69 Ensuite, Nous arracherons de chaque groupe ceux d'entre eux qui étaient les plus obstinés contre le Tout Miséricordieux.

70 Puis nous sommes Le meilleur à savoir ceux qui méritent le plus d'y être brûlés.

71 Il n'y a personne parmi vous qui ne passera pas par [L'Enfer] : Car [il s'agit là] pour ton Seigneur d'une sentence irrévocable.

72 Ensuite, Nous délivrerons ceux qui étaient pieux et Nous y laisserons les injustes agenouillés.

73 Et lorsque Nos versets évidents leur sont récités les mécréants disent à ceux qui croient: « Lequel des deux groupes a la situation la plus confortable et la meilleure compagnie ? »

74 Combien de générations, avant eux, avons-Nous fait périr, qui les surpassaient en biens et en apparence ?

75 Dis: « Celui qui est dans l'égarement, que le Tout Miséricordieux prolonge sa vie pour un certain temps, jusqu'à ce qu'ils voient soit le châtiment, soit l'Heure dont ils sont menacés. Alors, ils sauront qui a la pire situation et la troupe la plus faible. »

76 Allah accroît la rectitude de ceux qui suivent le bon chemin, et les bonnes œuvres durables méritent auprès de ton Seigneur une meilleure récompense et une meilleure destination.

77 As-tu vu celui qui ne croit pas à Nos versets et dit: « On me donnera certes des biens et des enfants » ?

78 Est-il au courant de l'Inconnaissable ou a-t-il pris un engagement avec le Tout Miséricordieux ?

79 Bien au contraire ! Nous enregistrerons ce qu'il dit et accroîtrons son châtiment.

80 C'est Nous qui hériterons ce dont il parle, tandis qu'il viendra à Nous, tout seul.

81 Ils ont adopté des divinités en dehors d'Allah pour qu'ils leur soient des protecteurs (contre le châtiment).

82 Bien au contraire ! [Ces divinités] renieront leur adoration et seront pour eux des adversaires.

83 N'as-tu pas vu que Nous avons envoyé contre les mécréants des diables qui les excitent furieusement [à désobéir] ?

84 Ne te hâte donc pas contre eux: Nous tenons un compte précis de [tous leurs actes].

85 (Rappelle-toi) le jour où Nous rassemblerons les pieux sur des montures et en grande pompe, auprès du Tout Miséricordieux,

86 et pousserons les criminels à l'Enfer comme (un troupeau) à l'abreuvoir,

87 ils ne disposeront d'aucune intercession, sauf celui qui aura pris un engagement avec le Tout Miséricordieux.

88 Et ils ont dit: « Le Tout Miséricordieux S'est attribué un enfant ! »

89 Vous avancez certes là une chose abominable !

90 Peu s'en faut que les cieux ne s'entrouvrent à ces mots, que la terre ne se fende et que les montagnes ne s'écroulent,

91 du fait qu'ils ont attribué un enfant au Tout Miséricordieux,

92 alors qu'il ne convient nullement au Tout Miséricordieux d'avoir un enfant !

93 Tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre se rendront auprès du Tout Miséricordieux, [sans exception], en serviteurs.

94 Il les a certes dénombrés et bien comptés.

95 Et au Jour de la Résurrection, chacun d'eux se rendra seul auprès de Lui.

96 À ceux qui croient et font de bonnes œuvres, le Tout Miséricordieux accordera Son amour.

97 Nous l'avons rendu (le Coran) facile [à comprendre] en ta langue, afin que tu annonces par lui la bonne nouvelle aux gens pieux, et que, tu avertisses un peuple irréductible.

98 Que de générations avant eux avons-Nous fait périr ! En retrouves-tu un seul individu ? Ou en entends-tu le moindre murmure ?